La permaculture : Un jardin potager sans entretien !

6
19541

Cultiver son potager en accord avec la nature, sans pollution, sans labour et sans pesticide…c’est ce que propose la permaculture. Cette méthode de culture possède de bien nombreux avantages dont celui de pouvoir cultiver un jardin potager sans entretien, ou presque. C’est une véritable alternative au jardinage classique, puisque la permaculture permet en quelque sorte de s’affranchir des corvées et de profiter pleinement du potager et de ses récoltes !

Une méthode de culture adaptée aux « gens pressés » !

Ainsi, si vous manquez de temps pour vous occuper de vos légumes quotidiennement, ou si vous n’avez pas la possibilité d’avoir votre potager à proximité de votre habitation ou encore si vous vous absenter régulièrement et sur de longues périodes, la permaculture est faite pour vous ! Dans cet article, vous trouverez toutes les astuces pour concrétiser votre « potager sans entretien ».

potager permaculture
Les légumes vivaces, un élément crucial dans la réussite de son potager en permaculture !

Le choix des plantes : Les légumes perpétuels sont à privilégier…

Nous vivons dans une société de loisirs, et le jardin est exactement à l’image de la société : plus de loisirs, moins de corvées. C’est sans doute également l’une des raisons pour lesquelles la permaculture est aujourd’hui un mouvement mondial, une alternative qui s’impose d’elle-même. Il est donc crucial de privilégier des espèces et des variétés dont l’entretien est minime, voire, nul.

>>> Les plantes et légumes vivaces font partie intégrante des conceptions permaculturelles, du fait qu’elles n’ont pas besoin d’être replantées chaque année, elles ont généralement besoin de moins d’entretien, voire même pas du tout. Dans cet objectifs on peu par exemple planter du Chou marin, du Plantain Corne de cerf, de la Rhubarbe, de la topinambour, du raifort, de la livèche, de l’ail des ours (Ou acheter des graines et plants de légumes vivaces ?).

>>> Les plantes annuelles ou bisannuelles qui se ressèment spontanément, pour cela il est simplement nécessaire de laisser un plant monter à graines en fin de saison…c’est le cas de l’épinard-fraise, de l’Arroche rouge, de la bette, de la bourrache, de la chicorée sauvage, du chrysanthème comestible, de la mâche, du pourpier (voir toutes les plantes potagères).

>>> Les plantes couvre-sol d’accompagnement : Elles sont appelées ainsi car elles s’étalent sur le sol sur seulement quelques centimètres de hauteur. La densité de leur feuillage recouvre complètement le sol empêchant physiquement toute mauvaise herbe de pousser. Profitez-en pour apporter un peu de couleur au potager ! Le choix est grand, on peut citer la pulmonaire, les œillets, l’alysse jaune ou encore la rue officinale.

potager sans entretien
Au potager, prenez soin de bien associer des « plantes compagnes » à vos cultures !

Autres pratiques à mettre en œuvre !

>>> L’association de certaines plantes entre elles permet d’obtenir de belles récoltes et d’avoir un beau jardin en excluant l’utilisation d’engrais chimiques et pesticides. Cette technique appelée « compagnonnage » consiste tout simplement à associer, au sein de mêmes cultures, des plantes compagnes l’une de l’autre qui peuvent s’échanger divers services comme par exemple avoir une action répulsive ou toxique sur des insectes spécifiques. Pour en savoir plus sur les associations de plantes, cliquez-ici !

>>> Le bois raméal fragmenté est un mélange non composté de résidus de broyage de rameaux de bois. Mais ce terme désigne aussi une technique de culture qui consiste à reproduire le cycle naturellement présent en forêt en répandant du broyat dans la couche supérieure du sol sous forme de paillis, afin d’améliorer la qualité du sol. Ainsi le BRF, est utilisé et fabriqué au jardin bio à partir des tailles de haies par exemple. Découvrir tous les bénéfices du BRF au potager, cliquez-ici !

>>> Prendre soin des insectes du jardin est un acte à ne pas prendre à la légère lorsque l’on souhaite avoir un jardin potager, productif et en accord avec la nature. En effet, la biodiversité du jardin abrite de nombreux insectes auxiliaires qui très utiles pour lutter contre les parasites, mais aussi des insectes pollinisateurs indispensables pour obtenir de bonnes récoltes. L’hôtel à insectes constitue ce qui se fait de mieux en matière d’hébergement pour ces auxiliaires du jardin. Pour en savoir plus l’installation d’un hôtel à insectes, cliquez-ici !

Pour en savoir plus sur le concept de permaculture, je vous invite à lire cet article sur le sujet : La permaculture : Concept, éthique et principes ! Et pour aller plus loin dans le sujet, je vous encourage à lire l’ouvrage de Kurt Forster, La permaculture dans un petit jardin.


Vous avez aimé cet article ?

Alors inscrivez-vous à la newsletter mensuelle du blog Alsagarden :


Recevez toute l'actualité, les conseils de jardinage et les bons plans une à deux fois par mois !

6 Commentaires

  1. La première phrase m’a fait bondir ! Je suis désolé de vous dire cela, mais ce que vous décrivez n’est PAS la permaculture. Cela peut en constituer une part, mais pas au point de dire que c’est ça la permaculture. La Permaculture c’est bien plus que ça : ça se passe à tout les niveaux, dans tous les lieux. Ce n’est pas juste des méthodes de jardinage où on a le moins de choses à faire, parce qu’on continue à avoir une vie à 100 à l’heure. Bref avant de donner un tel titre à son article, il faudrait faire un minimum de recherche et pas juste surfer sur un concept qui à le vent en poupe et continuer à le galvauder.

    • Bonjour Alex, je vous remercie pour votre commentaire. En effet, un simple article de quelques lignes sur la permaculture ne peut être qu’incomplet tant le sujet est vaste. Nous sommes d’accord ! C’est la raison pour laquelle, en bas d’article j’ajoute toujours un ou plusieurs liens pour les personnes qui souhaite « creuser » d’avantage la thématique. Aussi, étant donné que le sujet vous passionne, pourquoi ne pas écrire un article ici pour nous donner votre vision de la permaculture…ce blog se veut être participatif !

  2. Tout article n’est jamais vraiment complet et votre initiative d’ajouter quelque lien est vraiment sympathique ! Mais dans tout les cas votre article m’a apprit quelques trucs et je vous en remercie 😉

  3. Je suis également d’avis de laisser les insectes tranquille! Bien souvent ils sont utiles à la biodiversité et de plus si on utilise des pesticides on risque de polluer le sol au final. Le top c’est de placer pas loin un petit bassin à côté du potager car les insectes qui se développent autour vont aider les jeunes poussent lors des grosses chaleurs

Laisser un commentaire