Les plantes rares : Déjà à la mode chez les Pharaons !

0

Les pharaons sont probablement les premiers à ordonner la réalisation de jardins et les plantes rares exotiques y avaient une place de choix ! En effet, en plus d’être le berceau de l’humanité, l’Afrique est aussi un des lieux où le jardinage a vu le jour, plus précisément en Égypte il y a maintenant plus de 5 000 ans. Les végétaux de ces jardins pharaoniques étaient cultivés à des fins ornementales, médicinales, utilitaires, alimentaires ou encore pour des offrandes !

Le jardinage dans la civilisation égyptienne !

Dans ce pays de terre noire bordée de déserts les arbres sont rares (quelques acacias et sycomores) et toute la terre fertile, grâce à un réseau de digues et de canaux constamment entretenus est occupée par les cultures céréalières. Parce que la campagne manque d’arbres et de fleurs le jardin sera un verger où les fleurs seront cultivées avec la plus grande attention. Il est centré sur un étang planté de lotus et de papyrus, plantes héraldiques de la Haute et Basse-Égypte. Les jardins égyptiens, symétriques et rigides, sont à l’image de la civilisation égyptienne, tout à fait spécifiques et sans influence extérieure.

Tombe de Nakht
Végétaux utiles à la pharmacopée (Tombe de Nakht)

Les pharaons étaient les premiers à ordonner la réalisation de jardins. Ils ramènent aussi des plantes exotiques de leurs campagnes, qu’ils cultivent ensuite dans les jardins de leurs temples et palais. La reine Hatchepsout de la XVIIIe dynastie fit venir 31 plants d’arbres à encens pour orner son jardin en terrasses. Les plantes rares deviennent une mode. Des expéditions entières sont organisées pour amener des espèces d’origine lointaine. Thoutmôsis III nous a laissé sur les murs de la salle des fêtes du temple de Karnak la reproduction, exécutée avec un remarquable souci du détail, des animaux et surtout des nombreuses plantes qu’il avait fait rapporter d’Asie ; cette faune et cette flore constituent ce qu’on appelle le « jardin botanique de Thoutmôsis III ». Les pharaons créent d’énormes promenades ornées de plantes, herbes et arbres fruitiers de toutes les régions limitrophes.

Pour les jardins de particuliers, les paysages inspiratifs sont les oasis et le fleuve avec ses lotus et ses îles flottantes de papyrus. Ainsi, les premiers jardins individuels sont sans doute des constructions clôturées, d’oasis artificielles. Plus tard, les jardins entourés d’une clôture contenaient souvent une terrasse et un bassin carré ou rectangulaire tout à fait artificiel, où poussent des plantes aquatiques. Ceci est toujours fait dans l’esprit des oasis. On y trouve aussi régulièrement des statues et colonnes. Les plantations évoluent et s’alignent, afin de faciliter l’irrigation, qui est assurée par des canaux. Les plantes sont taillées et positionnées de plus en plus habilement, pour offrir de l’ombre, pour faciliter la cueillette des fruits, et la productivité des fruits qu’ils portent. Par les peintures murales nous savons quelles plantes étaient cultivées dans ces jardins : vignes qui tapissent des pergolas, sycomores, perséas, palmiers dattiers et doum, figuiers, grenadiers et tamaris.

Les plantes médicinales de l’Égypte pharaonique !

La pharmacopée dans l’Égypte antique était indiqués dans les papyrus médicaux. Nous trouvons en effet dans ces derniers tous les composants utilisés à l’époque. Ils sont accompagnés de leurs indications. Ainsi, les fruits, les fleurs, les herbes aromatiques et médicinales sont cultivées et utilisées à des fins d’offrande mais aussi pour la préparation de potions à buts médicinaux. Les médications employées par les praticiens de l’époque pourraient nous surprendre. Nombre d’entre elles ont été qualifiées de « repoussantes ». C’est par exemple le cas d’un test pronostic vital : « Un (petit) fragment de placenta (…) broyé dans du lait (…) trois jours de suite… » (Source : Papyrus du Ramesseum). Cependant, des études historiques et pharmacologiques nous montrent que ces prescriptions pouvaient parfois être utiles, mais leurs compositions pouvaient aussi correspondre à des préoccupations magiques et religieuses.

Papyrus du Ramesseum
Papyrus du Ramesseum – Source : Britishmuseum.org

Les produits végétaux entrant dans les médications pouvaient être représentées par des fruits, des légumes ou des plantes médicinales. Plusieurs sortes d’huiles étaient extraites. Plusieurs végétaux pouvaient être transformés en bières, en vins ou en vinaigres. Certaines parties des simples pouvaient être toxiques et à manipuler avec précautions; on pourra ainsi trouver du chanvre, du pavot et de la mandragore. Voir par exemple pour une médication locale contre les œdèmes des jambes féminines : « Graines de gousses (fraîches) de caroubier, graines groupées de soude (végétale). Broyer finement et mélanger avec… » (Source : Papyrus du Ramesseum).

Laisser un commentaire