La Berce du Caucase : Une plante invasive et dangereuse

2

Originaire d’Asie centrale, la Berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum) est une plante ombellifère pouvant atteindre jusqu’à 5 mètres de hauteur. Considérée en Europe comme une espèce invasive, elle se répand en France de manière inquiétante et cela au point de menacer l’équilibre des écosystèmes. De plus, cette plante provoque de graves brûlures et inflammations de la peau par simple contact !

La Berce du Caucase : De la découverte à l’invasion !

Décrite pour la première fois en 1895, mais déjà présente depuis 1817 aux jardins botaniques de Kew, la Berce du Caucase fut peu à peu introduite comme plante ornementale dans les jardins britanniques dans la décennie suivante, pour se répandre très vite à l’état sauvage. Aujourd’hui l’Europe entière est concernée par cette « peste végétale » qui colonise le bord des rivières, le bas-coté des routes, les terrains vagues et même encore les jardins privés ou publics ! Le continent Américain est aussi touché puisque la plante y a été introduite en 1917 pour des raisons horticoles. Staline, impressionné par ses rendements records, la fit cultiver comme fourrage (malgré ses maigres qualités nutritives), provoquant également son expansion sur tout le territoire de l’ex-URSS.

Berce du Caucase Une plante invasive et dangereuse (2)
La berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum) – Source : Wikimedia.org

Toxicité et dangers de la plante !

La berce du Caucase produit une toxine phototoxique présente dans la sève qui provoque des inflammations et des brûlures de la peau. Si l’on n’expose pas à la lumière la zone infectée pendant plusieurs jours, la réaction ne se déclenche pas. Les cloques provoquées peuvent atteindre la taille d’une pomme de terre. Les séquelles de la phototoxicité de la sève de la berce du Caucase n’apparaissent qu’après plusieurs heures et peuvent persister durant des années.

En cas de contact de la peau avec de la sève, il faut éliminer la sève le plus rapidement possible, en prenant soin de ne pas étendre la surface de la zone touchée: enlever la sève de la peau avec un papier absorbant sans frotter, puis laver au savon, et rincer abondamment à l’eau l’endroit atteint. Ensuite, il faut éviter l’exposition de la zone touchée à la lumière durant plus de 48 h, le temps de la disparition de l’effet photosensibilisateur. Si les yeux sont atteints, les rincer abondamment à l’eau claire puis porter des lunettes de soleil pour réduire leur exposition à la lumière et consulter un médecin immédiatement. En cas de contact important, ou si un enfant est atteint, consulter sans tarder un médecin ou le centre anti-poison pour tout conseil approprié.

Berce du Caucase Une plante invasive et dangereuse (3)
Brûlures de la peau provoquée par la plante – Source : Nonnativespecies.org

Quelques précautions pour éradiquer cette invasive !

En effet, l’éradication de la berce du Caucase nécessite le port d’un équipement approprié permettant d’éviter tout contact de la peau, des mains et des yeux avec sa sève. Coupez la plante si possible sous la surface de la terre. Pour être efficace, la coupe doit être répétée sur plusieurs années. Il est aussi possible de recouvrir la surface par une bâche noire pendant plusieurs mois. Évitez la lutte chimique car la Berce du Caucase résiste à la plupart des désherbants. Et surtout n’oubliez pas d’éliminer les débris végétaux de cette espèce par incinération et non par compostage ! Attention enfin à ne pas la confondre avec la berce commune (Heracleum sphondylium) qui est une espèce indigène. Plus petite, elle se distingue par le fait que son inflorescence compte moins de 35 rayons contre plus de 50 pour la Berce du Caucase.


Vous avez aimé cet article ?

Alors inscrivez-vous à la newsletter mensuelle du blog des jardiniers curieux :


Recevez toute l'actualité, les conseils de jardinage et les bons plans une fois par mois !

2 Commentaires

  1. Ça ressemble beaucoup a ce que je coupe sur les bords de route pour mes lapins, mais je n ai jamais eu de brulures. C’est une varietee differente ?

Répondre à Francine Annuler la réponse.