La drosophile japonaise, un nouveau fléau inquiétant !

0

Avec ses yeux rouge vif et sa couleur jaune brunâtre, la drosophile japonaise a de quoi faire peur ! Cet insecte ravageur est désormais présent sur notre territoire et menace nos vignes et nos vergers. De nom scientifique Drosophila suzukii, cette petite mouche de 2 à 4 mm à pour particularité de pondre ses œufs dans les fruits sains à chair tendre comme les cerises, les prunes, les fraises ou encore les raisins. La larve s’en nourrit et offre du même coup une porte d’entrée à la pourriture. Bénéficiant d’une météo favorable, un hiver particulièrement doux et un été très humide, elle est apparue dans le nord et l’est de la France !

Un progression d’environ 1400 kilomètres par année !

Originaire du Japon, de Chine et de Corée, la drosophile suzukii est arrivée aux États-Unis en 2008 et en Europe en 2009, principalement sur le pourtour méditerranéen. En 2010 elle a été identifiée en Suisse, dans le sud de la France, en Slovénie et en Croatie. En 2011 elle a provoqué des pertes totales de baies en Italie et de cerises en Espagne et dans le sud de la France. Fin 2011, cette drosophile a été identifiée jusque dans le nord de la France, en Suisse et en Allemagne, et elle est présente pratiquement dans toute la Suisse depuis 2012.

Depuis son arrivée en Espagne, cette drosophile s’est répandue vers le nord à la vitesse d’environ 1400 kilomètres par année (Source : Journal of applied entomology 136). Elle envahit aussi souvent les régions élevées jusqu’à une altitude de 1550 mètres. La drosophile suzukii s’est aussi introduite en Amérique du Nord en 2008, et elle s’y développe de manière tout aussi dramatique.

Une drosophile japonaise sur un raisin - Source : 24heures.ch
Une drosophile japonaise sur un raisin – Source : 24heures.ch

Les ravages de la drosophile japonaise !

Cette année, les pays européens sont très touchés ! Sa forte présence actuelle s’explique notamment par des conditions météo idéales. Le dernier hiver, particulièrement doux, n’a pas réussi à décimer la population déjà existante et l’été humide lui a particulièrement convenu. De plus, elle possède un potentiel invasif inquiétant. En effet, bien adaptée au climat tempéré, elle possède une grande capacité de reproduction et présente une mobilité importante. La diversité des fruits hôtes utilisables permet sa reproduction et son développement pratiquement toute l’année, dans et en dehors des zones cultivées. La mouche s’attaque notamment aux raisins, aux fraises, framboises, mûres, myrtilles ainsi qu’aux cerises et aux pêches.

Selon Stéphane Emery, collaborateur agro-scientifique à l’Office valaisan de la viticulture “C’est la première fois que la drosophile suzukii est présente si massivement en Suisse”. En Alsace, Pinot noir, gewurztraminer ont été particulièrement touchés. On compte jusqu’à 40% de perte sur certaines parcelles. Un coup dur pour la viticulture alsacienne. Elle s’est aussi largement propagée en Allemagne où elle cause des dégâts importants, notamment dans les champs de fraises.

drosophile japonaise
Drosophila suzukii sur une framboise – Photo : Flickr / Uacescomm

Solutions :  en somme-nous ?

Les recherches en cours pour lutter contre ce ravageur s’orientent vers une combinaison de méthodes respectueuses de l’environnement incluant la lutte biologique. En Suisse, les vignerons sont invités à agir en traitant avec de la poudre de roche les cépages qui doivent être vendangés dans plus de deux semaines. La poudre devrait notamment dissuader les femelles. Apparemment, ces dernières ne pondent pas lorsqu’elles ont de la poussière sur les pattes !

La chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône préconise la détection de la mouche grâce à un piège : “Une bouteille plastique rouge, suspendue proche des fruits, avec 20 orifices latéraux de 3-4 mm de diamètre sur un seul côté de la bouteille, fait très bien l’affaire. Le piège doit contenir au fond une solution (300mL) composée de 1/3 de vinaigre de cidre, 1/3 d’eau et 1/3 de vin rouge et quelques pincées de sel pour limiter l’évaporation. Pour détection, placer un piège dans la culture et un autre dans une haie proche. Faites appel à un conseiller pour déterminer les insectes piégés”.

Laisser un commentaire