Rencontre avec une chenille adepte du camouflage et du mimétisme !

Dévorer ou être dévoré, survivre ou mourir : l’impitoyable loi de la nature a distribué à chacun son lot de subterfuges pour survivre dans ce monde cruel. Le camouflage ou le mimétisme est pour bon nombre d’espèces, le moyen le plus efficace d’échapper aux prédateurs. Les insectes notamment redoublent d’imagination dans cet art !

chenille adepte du camouflage et du mimétisme (1)

Certaines chenilles se camouflent non seulement en adoptant la couleur de leur milieu, mais aussi en prenant la forme de ce qu’elles imitent. C’est le cas de cette petite chenille de la famille des Geometridae qui possède une apparence semblable à une branche (en l’occurrence une branche de Mirabellier). De cette manière, lorsqu’elle est au repos, il est presque impossible de la repérer et n’attirera ainsi pas l’attention de ses prédateurs, les oiseaux.

chenille adepte du camouflage et du mimétisme (2)

Le camouflage pour cette chenille est donc une méthode de dissimulation qui lui permet de passer inaperçu, se fondant parfaitement avec son environnement. On appelle également cette stratégie la défense passive ou encore mimétisme de protection. Elle lui permet de survivre dans l’espoir de poursuivre son cycle de vie et bien sûr de se reproduire afin perpétuer son espèce !

chenille adepte du camouflage et du mimétisme (3)

Laisser un commentaire