Jardinage au naturel : La fabrication des purins de plantes !

Il existe de très nombreuses méthodes permettant de se passer des produits chimiques au jardin ! L’une d’entre-elles consiste à utiliser les plantes comme produits de traitement. On distingue les extraits fermentés (purins) et les extraits non fermentés (décoction, infusion, macération). On utilise ces différents extraits de plantes comme engrais, comme insectifuge, comme activateur de compost ou encore comme fongicide…et tout cela sans danger pour notre environnement !

Comment les fabriquer, et à partir de quelles plantes ?

purin orties

La recette diffère suivant le type de préparations. De plus, selon la méthode choisie et la plante utilisée, les préparations à bases de plantes peuvent avoir différents usages selon la dilution. Pour que toutes ces informations soient bien claires, voici un tableau récapitulatif :

Plante Préparation Utilisation Propriétés
L’Absinthe (Artemisia absinthium) Extrait fermenté (1 kg de plante fraîche dans 10 l. d’eau) dilué à 10 %. Appliquer tous les 10 à 15 jours, actions préventive ou curative. Insectifuge, notamment contre les pucerons, les altises, les chenilles mais aussi les gastéropodes (escargot et limaces).
L’Ail (Allium sativum) Hacher 100 g d’ail avec la peau et 50 g de ciboulette. Faire bouillir 12 litres d’eau et hors du feu y jeter le hachis. Couvrir et laisser infuser une journée. Après filtrage, à utiliser préventivement en pulvérisations effectuées tous les jours pendant 8 jours. La préparation ne se conserve pas. Contre le mildiou, l’oïdium, la rouille mais aussi contre araignées rouges et pucerons.
Le Bouleau (Betula pendula) Faire macérer 1 Kg de feuilles fraîches dans 10 litres d’eau. Pulvériser par temps humide dilué à 20%. Prévient la tavelure des arbres fruitiers.
Le Chou (Brassica oleracea) Extrait fermenté 1kg de feuilles et de racines pour 10L d’eau de pluie. Utiliser pur pour le traitement des sols. Favorise la croissance des plantes exigeantes car contient de l’azote et des oligo-éléments.
La Consoude (Symphytum officinale) Il faut environ 1 kg de feuilles que l’on fait macérer une semaine dans 10 litres d’eau. On filtre et on pulvérise le feuillage (dilué à 1/20) ou on arrose le pied des plantes (dilué à 20%). Utiliser dilué à 20% en arrosage ou à 5% en pulvérisation foliaire. Favorise la croissance et la floraison des plantes. C’est aussi un activateur de compost.
La Fougère aigle (Pteris aquilina) 1 kg de plante fraîche ou 150 g de plante sèche pour 12 litres d’eau. Laisser macérer 10 jours environ. Après filtrage le purin peut être utilisé pur (contre les pucerons, cicadelle, escargots et limaces) en pulvérisations ou dilué contre les taupins. Contre les pucerons, la cicadelle de la vigne, les escargots, les limaces et contre le taupin sur pomme de terre.
La Lavande (Lavandula officinalis) Extrait fermenté (1kg de plantes fraîches hachées pour 10L d’eau de pluie). Utiliser avec un dilution à 10%. En prévention, contre les pucerons et fourmis.
La Menthe (Mentha) Infuser 150 g de menthe frais grossièrement broyée dans 5 l d’eau bouillante. Filtrer après 30 mn. Laisser refroidir et pulvériser tel quel sur les plantes. Contre le doryphore et les fourmis.
L’Ortie (Urtica dioica) 1 kg de plantes fraîches, non montées à graines, dans 10 litres d’eau de pluie. Laisser macérer 1 à 2 semaines Filtrer et avant utilisation, diluer a 20 %. Stoker à l’abri de la lumière et de la chaleur. Prévention des maladies cryptogamiques, lutte contre les pucerons et stimulation de la croissance.
Le Pissenlit (Taraxacum dens leonis) Faire macérer 1,5 à 2 Kg de plantes entières avec la racine dans 10 litres d’eau. Arroser le sol au printemps et à l’automne de ce purin dilué à 20%. Stimule la croissance des végétaux et améliore la qualité des légumes.
La Prêle (Equisetum arvense) 1,2 kg de prêle fraîche ou 200 g de plante sèche pour 12 litres d’eau. Laisser macérer pendant une 24h et faire bouillir 15 minutes. Couvrir et laisser refroidir puis filtrer. Après dilution dans 3 fois son volume d’eau, pulvériser préventivement tous les 15 jours contre les maladies cryptogamiques. Contre la rouille, la maladie des taches noires (rosier), moniliose, oïdium, la cloque du pêcher, le botrytis et le mildiou.
La Rhubarbe (Rheum rhaponticum) Macération des feuilles pendant 24h (500g de feuilles pour 3L d’eau de pluie). Pulvériser non dilué. Renouveler la pulvérisation à 3 reprises. Contre les pucerons noirs et la teigne du poireau.
La Rue (Ruta graveolens) 800 à 900 g de plants de rue dans 10 litres d’eau. Macération de 10 jours. Pulériser avec un dilution à 20 %. Insecticide, notamment contre les attaques des pucerons.
Le Sureau (Sambucus nigra) Faire macérer deux jours minimum 1 kg de feuilles, tiges, fleurs, fruits finement hachés dans 10 litres d’eau de pluie. Pulvériser non dilué. Contre les pucerons, piéride du chou, teigne du poireau, altises, thrips et noctuelles et pour éviter que les rongeurs n’attaquent les racines des plantes et des arbres.
Le Tabac (Nicotiana tabacum) Remplissez à moitié un chaudron de feuilles (tabac ou nicotine), puis le remplir d’eau. Faites bouillir 30 minutes. Laissez macérer quelques heures. Filtrez et vaporisez sur les plants. A utiliser comme produit insecticide ou insectifuge.
La Tomate (Solanum lycopersicum) Faire macérer 1 kg de feuilles et tiges de tomate hachées dans 10 litres d’eau de pluie de 12 heures à 3 jours. En prévention, pulvériser cette préparation non diluée tous les 4 ou 5 jours . En préventif, contre les teignes des poireaux, les altises et les piérides du chou. En curatif contre les pucerons.
La Tanaisie (Tanacetum vulgare) Extrait fermenté 1kg de plantes fraîches dans 10L d’eau de pluie. A utiliser pur sans dilution. Contre la mouche du chou, pucerons et noctuelles.

Ce tableau regroupe les principales plantes et leurs utilisations possibles sous forme d’extraits mais il n’est en aucun cas exhaustif ! Si vous connaissez d’autres recettes, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

2 Commentaires

  1. Merci pour toutes ces explications très utiles à mon potager. Auriez-vous aussi une astuce pour éviter d’avoir des aoutats ? Ou quoi planter à côté des haricots ? Merci d’avance

Laisser un commentaire