Forest Man, l’homme qui a planté à lui seul une forêt de 550 hectares

0
1927

Parfois, il suffit d’un seul homme pour réaliser un exploit qui restera gravé dans les mémoires de nombreuses années : Depuis 1979, Jadav Payeng un homme originaire de l’île de Majuli, en Inde, a fait pousser à lui tout seul une véritable forêt. De ses deux mains, l’inconditionnel amoureux de la nature a ainsi bâti une vaste étendue de végétaux qui fait désormais plus de 550 hectares et à par la même occasion sauvé son île menacée  par un phénomène d’érosion.

Une île menacée par l’érosion et le manque d’arbres !

Située sur le Brahmapoutre, l’île de Majuli s’est formée au XVIIe siècle et abrite aujourd’hui une population de 150.000 habitants, c’est aussi la plus grande île fluviale du monde. Mais ce record est menacé par un important phénomène d’érosion dû à d’énormes digues qui ont été construites dans les villes en amont du fleuve, ce qui a profondément modifié le flux de l’eau. À ce rythme-là, l’île aurait pu disparaître totalement d’ici 15 à 20 ans. Mais c’était sans compter sur Jadav Payeng, alias « Forest Man » qui pour remédier au problème s’est mis à planter des milliers et des milliers d’arbres et de plantes, jour après jour, depuis la fin des années 70.

Jadav Payeng, forest man
Jadav Payeng, alias Forest Man – Source : Carlo Bevilacqua (www.carlobevilacqua.com)

Une vaste forêt, aujourd’hui riche en espèces animales !

L’idée de Jadav Payeng était assez audacieuse, mais très astucieuse. En effet, les arbres sont des éléments naturels pour contenir les effets de l’érosion grâce à leurs racines. Mais aussi un moyen ingénieux pour servir de coupe-vent, et ainsi, limiter la réduction de la taille des plages de sable par le vent. Aujourd’hui, près de 35 ans après la plantation des premiers arbres, la forêt de Jadav Payeng couvre une surface énorme, équivalente à désormais presque deux fois la surface du fameux Central Park de New York. De plus, le travail et le dévouement de Jadav a eu pour effet de fortifier l’île de manière significative et durable. Sa forêt fournit un habitat de choix à de nombreux animaux en voie de disparition, qui sont retournés s’installer dans ce lieu. Un troupeau d’une petite centaine d’éléphant, des rhinocéros, des cerfs, des tigres… et même une espèce de vautour qui semblait avoir disparu de la région depuis plusieurs décennies.

Laisser un commentaire